News details


Joël de la Noüe passe le flambeau


09 September 2020

Ce professeur émérite et grand bâtisseur met un terme à plus de 60 ans d’engagement dans le milieu universitaire

Mathieu Dessureault, chargé de communications pour les publications de l'Université, est allé à la rencontre du professeur Joël de la Noüe qui a travaillé dans trois facultés: la Faculté d’agriculture à La Pocatière, la Faculté des sciences et de génie et la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation.

Joël de la Noüe nous accueille chez lui, à Saint-Antoine-de-Tilly, pour l’entrevue. C’est ici, dans cette maison entourée de fleurs aux abords du fleuve Saint-Laurent, qu’il profite d’une retraite bien méritée. Depuis les années 1960, le nom de Joël de la Noüe est intimement lié à l’histoire de l’Université.

«J’ai le privilège d’avoir travaillé dans une institution où il y a tellement de talents, lance-t-il d’entrée de jeu. C’est extraordinaire de constater à quel point il y a une concentration de richesses parmi les centaines de collègues rencontrés depuis le début: richesse intellectuelle, mais aussi richesse sur le plan de la passion et du cœur. C’est pourquoi je suis reconnaissant envers l’Université Laval de m’avoir toléré aussi longtemps!»

Le propos est à l’image de l’homme. À la fois intellectuel de renom et grand passionné, Joël de la Noüe s’est dévoué corps et âme pour l’Université. Son engagement a pris diverses formes. D’abord, il y a eu le professeur, celui qui a travaillé dans trois facultés: la Faculté d’agriculture à La Pocatière, la Faculté des sciences et de génie et la Faculté des sciences de l’agriculture et de l’alimentation.

Ensuite, il y a eu Joël de la Noüe le chercheur. Au fil de sa carrière, il a publié des articles et mené des travaux de recherche qui lui ont valu une reconnaissance internationale. Son expertise, multifacette, touche des domaines aussi variés que la physiologie, la nutrition, l’aquaculture et la biotechnologie environnementale.

S’ajoute à cela Joël de la Noüe le bâtisseur. Entre autres organisations, il a contribué à créer l’Union des gradués inscrits à l’Université Laval, devenue l’AELIÉS, et le Syndicat des professeurs et professeures de l’Université Laval.

«La contribution de Joël de la Noüe est remarquable. Ses collègues ont eu la chance de côtoyer un leader intellectuel de très haut niveau. Des générations d’étudiantes et d’étudiants lui portent un respect hors du commun. Ce bilan de carrière universitaire est exceptionnel. Il rejaillit sur notre communauté encore aujourd’hui», souligne la rectrice Sophie D’Amours.

Lire la suite de l'article sur ULaval Nouvelles, 27 août 2020