Détails


Boissons et aliments volontairement enrichis


10 novembre 2021

À l'échelle de la population, l'apport en micronutriments de ces produits a peu d'incidence sur le bilan nutritionnel.

La consommation de boissons et d'aliments auxquels les fabricants ajoutent, sans y être légalement contraints, des vitamines ou des minéraux permet-elle d'éviter les carences nutritionnelles? Ou, au contraire, propulse-t-elle l'apport de ces micronutriments au-dessus des limites sécuritaires? Aucune de ces réponses, concluent Didier Brassard, doctorant à l'École de nutrition, et Valerie Tarasuk, de l'Université de Toronto, après avoir analysé l'apport des aliments enrichis volontairement en vitamines, minéraux ou acides aminés au bilan nutritionnel de plus de 20 000 personnes qui ont participé à l'Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes.

Lire la suite sur ULaval nouvelles