Détails


Le pain de la communauté


10 avril 2019

Deux étudiants viennent d'ouvrir la première boulangerie communautaire de Québec dans Saint-Sauveur

Dès l’entrée dans le local abondamment fenestré, situé juste en face du magasin de plein air Latulippe, l’odeur du pain au levain titille les narines. À la caisse, une bénévole sert aux clients les croissants tout juste sortis du four ou le pain bâtard bien croustillant. En cuisine, une autre bénévole s’affaire à laver de grands plats en plastique tandis que le boulanger façonne des baguettes sur des toiles pour les faire lever. Qu’on se le dise, Des pains sur la planche n’a rien d’un commerce comme les autres.

«Il s’agit d’une boulangerie communautaire, spécifie Cyril Pringault, initiateur de cette entreprise et finissant d’un baccalauréat multidisciplinaire en management, science politique et tourisme durable. J’avais envie de créer une boulangerie, car il n’en existait pas dans le quartier, tout en n’étant ni boulanger ni entrepreneur. Il me semblait aussi très important également d’impliquer les résidents de Saint-Sauveur, car la vie communautaire y est très active. J’ai donc lancé l’idée et Jonathan a été le premier à l’attraper!» À ses côtés, Jonathan Gagnon opine de la tête. Cet étudiant au baccalauréat intégré en affaires publiques et relations internationales cherchait un lieu pour s’insérer dans ce quartier où il habitait depuis un an. Le projet de la boulangerie l’a séduit.

«Le modèle de boulangerie communautaire n’existe pas vraiment, explique le cofondateur. Il faut donc qu’on mette en place des stratégies pour offrir le pain moins cher à certaines personnes, sans pour autant les stigmatiser.» En effet, Des pains sur la planche ne cherche pas simplement à offrir un lieu de rencontre pour les habitants de Saint-Sauveur. Il s’associe aussi à des organismes communautaires afin de leur fournir gratuitement du pain frais. Autre objectif, devenir un lieu d’insertion par le travail. Quand le fonctionnement sera un peu plus rodé, la boulangerie accueillera donc des gens qui ont besoin d’encadrement, avant de voler de leurs propres ailes sur le marché du travail.

Les valeurs humanistes de ce commerce ont attiré Emmanuel Demers, qui a travaillé plusieurs étés à la fameuse boulangerie Niemand à Kamouraska. Tout comme le boulanger, Chloé Barrette, étudiante au diplôme d’études supérieures spécialisées en agriculture, alimentation et société et au MBA en responsabilité sociale des entreprises, souhaite que Des pains sur la planche soit aussi inclusive que possible. Voilà pourquoi elle donne beaucoup de son temps pour la gestion des bénévoles et les communications de ce commerce communautaire. En espérant que cette nouvelle adresse devienne rapidement un lieu incontournable du quartier Saint Sauveur.

Source Le Fil, 8 avril 2019